Accueil > Actualités > Les retraites au menu de la session extraordinaire à partir du 7 septembre à (...)

Les retraites au menu de la session extraordinaire à partir du 7 septembre à l’Assemblée

IN AFP

PARIS — L’examen en séance publique de la réforme des retraites commencera le mardi 7 septembre à l’Assemblée, au premier jour de la session extraordinaire du Parlement, selon un décret du président de la République daté de mardi.

Le Sénat examinera de son côté en septembre l’interdiction totale du voile intégral dans les lieux publics.

Le début de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée aura donc lieu le même jour que la mobilisation syndicale contre le passage de l’âge légal de 60 à 62 ans.

La date du 6 avait été aussi évoquée lors des travaux en commission la semaine dernière.

Les débats devraient durer 70 heures et s’étendre sur toute la semaine, voire jusqu’aux lundi et mardi de la semaine suivante.

L’Assemblée examinera ensuite à partir du 14 ou du 15 septembre en deuxième lecture le projet de réforme des collectivités territoriales.

Le Sénat l’a adopté le 8 juillet de justesse, par 166 voix contre 160, après avoir rejeté deux mesures phares, mettant le gouvernement dans une situation très difficile. "C’est l’Assemblée nationale qui aura le dernier mot", avait dit le président Nicolas Sarkozy.

Le Parlement devrait ralentir son activité la semaine du 20 septembre pour cause de journées parlementaires des groupes, avant de reprendre ses travaux fin septembre.

Au Sénat, le projet de loi sur l’interdiction totale du voile intégral dans l’espace public dominera l’ordre du jour. L’Assemblée nationale a adopté le 13 juillet ce texte à une écrasante majorité (335 voix contre une) mais sans la participation de la gauche au scrutin.

En septembre, le Sénat examinera aussi des textes déjà adoptés à l’Assemblée (sécurité intérieure, nouvelle organisation du marché de l’électricité et régulation bancaire et financière).

La session ordinaire commencera le 1er octobre, dominée jusqu’à décembre par l’examen des projets de loi des finances de l’Etat et de la Sécurité sociale.

Le Premier ministre François Fillon a répété mardi sur Europe 1 qu’il s’agissait "d’un budget très difficile, puisqu’il s’agit de réduire les déficits. Nous faisons preuve de rigueur s’agissant des dépenses de l’Etat".

Source

Vous aimerez aussi